En savoir plus

La méditation

Selon le principe de la méditation, des pauses de l’esprit sont nécessaires pour la santé mentale et physique d’une personne. L’esprit, trop souvent (pré)occupé par des situations, des émotions, des souvenirs, n’a plus le temps de digérer les informations et de développer son sens d’attention. Or, cette attention est nécessaire pour gérer les problèmes, l’anxiété, et développer une plus grande présence à l’ici et à soi-même.

La méditation est une pratique visant à accorder une pause à son esprit et aux idées qu’il génère. Elle permet non seulement d’aiguiser notre capacité d’attention, d’atténuer les troubles obsessionnels compulsifs, mais est également recommandée pour lutter contre le stress et l’anxiété. À ce titre, elle est efficace pour prévenir les rechutes anxieuses et dépressives chez les personnes fragiles. En effet, elle favoriserait l’activité cérébrale des zones associées aux sentiments positifs (joie, curiosité, enthousiasme, fierté, etc). 

Mais la méditation peut aussi aider les personnes souffrant de pathologies chroniques ou de pathologies impliquant une menace sur le pronostic vital (insuffisance rénale, cancer). Elle permet aussi de prévenir les troubles cardiovasculaires et de renforcer notre système immunitaire. 

Le Dr Frédéric Rosenfeld, psychiatre spécialiste des neurosciences, est affirmatif : 
« Il existe un remède capable de contenir le stress et l’angoisse, de réduire les migraines, d’augmenter l’immunité, de favoriser le sommeil, de protéger le coeur, les artères et de muscler le cerveau. 
Ce remède, validé par la science et pourtant ancestral, c’est la méditation ! » 
L’imagerie par résonance magnétique (IRM) a démontré que nos émotions positives – la confiance en l’équipe soignante, par exemple – activent une zone située à l’avant du cerveau gauche (le cortex préfrontal gauche). 
« Cette zone est connue pour stimuler le système nerveux parasympathique, impliqué dans les mécanismes de réparation du corps et dans la production de cellules immunitaires », explique le Dr Thierry Janssen, chirurgien et psychothérapeute

 

L'Hypnose Ericksonienne

Milton H.R. Erickson (1901-1980), Psychiatre américain reconnu, a fait école dans le monde entier grâce à sa pratique originale de l’hypnose. Dyslexique, daltonien et handicapé, Erickson développe un extraordinaire sens de l’observation et découvre l’hypnose au cours de ses études de médecine. Ses travaux sur la modification des états de conscience et la communication hypnotique bouleversent les conceptions classiques. Considéré comme le fondateur du courant des thérapies brèves, il a notamment influencé les membres de l’école de Palo Alto, et les créateurs de la programmation-neuro-linguistique, qui se sont inspirés de sa vision.

Le patient, soutenu par les paroles persuasives et évocatrices du praticien, plonge dans son inconscient pour y puiser de nouvelles ressources, choisir les solutions au problème qu’il veut résoudre et effectuer une transformation intérieure positive. L’hypnose éricksonienne « induit » un état de rêverie (un état modifié de conscience) qui permet d’accéder à l’inconscient. D’après Erickson, celui-ci est un réservoir d’expérience et de sagesse qui peut constituer un terreau fertile en solutions potentielles pour nos problèmes. Le langage hypnotique agit en profondeur, comme un stimulus, et court-circuite le mental.

L’état modifié de conscience en hypnose 

L’EMC en hypnose crée un équilibre entre les deux hémisphères de notre cerveau, c’est-à-dire entre notre esprit logique/rationnel et notre esprit intuitif/créatif. L’induction de l’état modifié de conscience nous permet de faciliter l’accès à l’inconscient et de lui rendre accessibles les nombreuses ressources peu exploitées de son cerveau.

Grâce à ses suggestions, nous pouvons activer les capacités d’auto-guérison inhérentes à chacun de nous tout en se frayant un chemin vers l’identification des éléments de notre vie qui ont de l’importance pour la thérapie. L’état de transe en hypnose est quelque peu différent des autres EMC car il dissocie le conscient et l’inconscient. Ceci permet de dépasser les blocages de la conscience pour pouvoir accéder aisément au potentiel caché que nous détenons tous.

C’est pour toutes ces raisons que je mise tout la dessus, toutes mes pratiques ou mes formations sont en lien direct avec la façon d’utiliser notre mental et les états modifié de conscience car l’inconscient qui gère tout notre corps à 93% sans que l’on ne s’en rende compte, peut facilement mettre en place de nouveaux comportements si on le lui demande ou suggère avec de l’hypnose ou des auto suggestions. Il est quasiment impossible d’obtenir des changements en étant en état ordinaire de conscience cela est trop difficile, l’insconcient est trop puissant pour que le conscient mette en place des changements sans accéder à l’inconscient . Joe Dispenza  l’explique très bien dans ses conférences, c’est un médecin scientifique Américain qui est spécialiste des neurosciences.